Centre MLM de belgique

Armée Rouge Japonaise (Sekigun Ha) : Déclaration de guerre – 1969

Armée Rouge Japonaise (Sekigun Ha)
Déclaration de guerre
3 septembre 1969

Fusako Shigenobu et Ghassan Kanafani, dirigeant du FPLP

A vous bourgeois, nous déclarons publiquement la guerre pour vous engloutir dans la guerre révolutionnaire et vous balayer du monde.

A vous bourgeois, nous notifions que nous unirons toutes les forces prolétariennes du monde entier dans le parti mondial - armée rouge mondiale - front révolutionnaire mondial et que nous vous anéantirons malgré votre appel à la mobilisation générale de toutes les polices du monde : l’armée américaine, l’armée de l’OTAN, l’armée de coalition nippo-américaine ou les armées alliées au Vietnam, et malgré la mobilisation de l’armée du Pacte de Varsovie elle-même, transformée et dégénérée par vous.

Vos crimes dans l’histoire sont trop connus. Votre histoire est barbouillée de sang. Avec la première Guerre Mondiale, avec la deuxième Guerre Mondiale, ces guerres de pillage entre vous, vous avez trompé et mobilisé nos camarades, vous les avez fait s’entretuer et, en fin de compte, vous vous êtes bien rempli les poches.

Vous avez tué nos camarades dans le pillage des pays colonisés. Vous avez entraîné nos camarades en leur promettant de partager le butin de ce pillage, et vous les avez envoyés dans les pays sous-développés tuer des camarades.

Ce n’est pas tout. Vous avez également poussé nos camarades à s’entretuer dans des guerres de pillage entre vous qui n’ont pour but que de redépecer des colonies déjà pillées par vous.

Vous, bourgeois japonais ! Vous ne pouvez plus mentir. Avec pour slogan « renforcement économique et militaire », vous ne cessez de faire des guerres de pillage : guerre russo-japonaise, guerre sino-japonaise, première Guerre Mondiale, deuxième Guerre Mondiale.

Fusako Shigenobu, dirigeante de l'Armée Rouge Japonaise - Liban 1972

Vous ne pourrez plus nous enrôler ni nous tromper. Non seulement vous ne le pourrez plus, mais nous vous maudissons, nous vous haïssons à cause du passé et, nous nous préparons à contrecarrer vos projets.

Puisque vous prenez le droit de massacrer nos camarades vietnamiens selon votre fantaisie, nous avons aussi le droit de vous massacrer selon notre fantaisie.

Puisque vous avez le droit de tuer nos camarades panthères noires et d’écraser les ghettos sous vos tanks, nous avons aussi le droit de tuer Nixon, Sato, Kissinger et De Gaulle, et de faire sauter le Pentagone, l’Agence de défense, la Préfecture de police et vos propres maisons.

Puisque vous avez le droit de plonger une baïonnette dans le sein de nos camarades d’Okinawa, nous avons aussi le droit de vous crever avec une baïonnette.

Puisque vous avez le droit de renforcer les Forces de défense et d’exécuter les opérations « Focus Letina » et « Mitsuya » [manœuvres militaires communes nippo-américaines] en vue d’une nouvelle guerre en Corée, puisque vous avez le droit d’arrêter et de condamner à mort Ning lequel s’oppose à la dictature de Park [Park Chung-hee, dirigeant militaire putschiste de Corée du sud pendant les années 60- 70] qui veut se faire réélire président pour la troisième fois, nous avons aussi le droit de former l’Armée rouge, d’organiser un front révolutionnaire et de vous arrêter pour vous condamner à mort.

Vous, bourgeois américains ! Vous n’avez cessé après le deuxième Guerre Mondiale de massacrer nos camarades en Corée, au Congo, au Vietnam.

Vous bourgeois japonais ! Vous avez renforcé les forces de défense et les gardes mobiles, actuellement vous participez à la guerre du Vietnam et à l’avenir vous comptez envoyer des forces en Corée.

Vous, bourgeois de l’Allemagne de l’Ouest ! Vous renforcez la Défense nationale, vous contrôlez la France et surveillez la Tchécoslovaquie, les pays de l’Europe orientale et le Proche-Orient. Que préparez-vous ?

Vous bourgeois ! Vous avez bien tort si vous croyez faire éternellement tout ce que vous voulez.

Nous étions sous les seigneurs des serfs enfermés comme du bétail dans leurs domaines, qui étaient notre cage. Vous avez lutté contre ces seigneurs avec le mot d’ordre « Liberté, égalité, fraternité » pour vous débarrasser de cette caste et disposer librement de nous.

Mais aujourd’hui, nous déclarons clairement et publiquement notre refus d’être utilisés selon votre bon plaisir. Votre temps est fini. Nous lutterons jusqu’au bout pour vous effacer de ce monde, pour vaincre dans cette guerre révolutionnaire mondiale, la dernière, qui supprimera la lutte des classes sur la terre.

Nous braquons nos fusils sur vous, forces de défense, gardes mobiles, armée américaine. Si vous ne voulez pas être tués, retournez vos fusils ! Retournez vos fusils sur la bourgeoisie qui vous trompe et vous manipule.

Par la guerre révolutionnaire, nous anéantirons sans pitié tous ceux qui empêchent la libération du prolétariat mondial. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Nous déclarons maintenant la guerre révolutionnaire mondiale !

Vous prolétaires ! La lutte des classes au Japon atteint maintenant le point où nous devons déclarer ouvertement la guerre à la bourgeoisie. Aujourd’hui en 1969, la lutte des classes recommence à se développer partout dans le monde.

Nous assistons au prélude de la guerre révolutionnaire mondiale. La Chine et l’URSS se battent à leurs frontières. Le soulèvement a commencé en Tchécoslovaquie. La guerre a éclaté en Irlande et l’armée britannique intervient.

Depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale, des situations tout à fait nouvelles, sous des aspects divers, transforment le monde.

C’est au Vietnam le 17e parallèle qui entraîne la guerre de libération au Sud Vietnam. C’est l’anticommunisme américain qui suscite de multiples mouvements de luttes.

C’est le Parti Communiste de Chine qui, ne pouvant à cause de ses structures se dépasser ou se dissoudre, engage dans la révolution culturelle les gardes rouges et les paysans. C’est la vague de mouvements en France et en Italie qui entend dépasser le parti communiste se présentant comme issu de la Résistance.

Ce sont la révolution latino-américaine (Che Guevara), le Front de libération palestinien, la guérilla au Proche-Orient, la guérilla en Corée, au sud du 38e parallèle.

C’est, contre l’impérialisme nippo-américain réglant après la deuxième Guerre Mondiale le problème d’Okinawa à son profit, la lutte qui s’affine et affronte les baïonnettes de l’armée américaine.

Ces luttes ne sont pas seulement un progrès, elles cherchent aussi à dépasser la croissance naturelle du mouvement révolutionnaire.

Cette nouvelle situation est née d’un grand trouble. Jamais la guerre révolutionnaire ne sera victorieuse par la croissance naturelle et le développement du mouvement « d’autodéfense armée et de comité d’action ». Alors, comment pourrons-nous franchir cette limite ?

Pour plus de clarté, il faut prendre comme un ensemble l’Armée rouge née de la lutte intérieure du Bundo japonais [Ligue communiste, formée en 1958 par des étudiants exclus de la Zengakuren, de tendance trotskyste], le SDS américain, le Black Panthers Party, le Parti Communiste de Chine, et le comparer à un autre ensemble : Jeunesse Communiste Révolutionnaire française, groupe Chûkaku de Kakkyôdô (noyau central de la Ligue des communistes révolutionnaires japonais).

Le premier ensemble, afin de dépasser le mouvement « d’autodéfense armée et de comité d’action » et de renverser ses directives, a défini une structure bien distincte, celle de « parti-armée ».

Quand la structure « parti-armée » rejoindra l’autre structure, le soviet d’autodéfense deviendra front militaire. Ainsi s’organisera le système « parti-armée-front militaire ».

Pour un nouvel essor du parti et pour la dissolution et le dépassement des contradictions existant dans le parti, nous engageons donc la lutte dans le parti à l’exemple des gardes rouges, en nous unissant avec les militants d’avant-garde du « mouvement d’autodéfense armée et de comité d’action ».

Nous opposant ici à la JCR française, qui se prétend toujours à l’avant-garde du mouvement « d’auto-défense armée et de comité d’action » alors qu’elle participe à l’élection présidentielle, et à la Chûkaku qui s’engage dans l’élection municipale de Tokyo.

En déclarant la guerre, nous commençons à imposer la conception d’un « parti mondial-armée rouge mondiale-front révolutionnaire mondial ». Celle-ci s’est presque imposée en Amérique latine avec la politique de Guevara, au Proche-Orient, en Afrique, aux Etats-Unis avec le BPP, en Chine, en Asie avec la lutte au Vietnam. Excepté au Japon et en Europe occidentale.

Mais l’apparition de l’ Armée rouge japonaise et son influence sur les mouvements en Allemagne et en Italie ont enfin propagé cette conception dans le monde entier.

Dans le monde, la lutte des classes commence à s’orienter vers l’établissement de cette forme de lutte et vers son développement. Voilà le prélude dont nous avons parlé. Regardez aux Etats-Unis ! La guerre a également été déclarée. Le SDS américain a proclamé « Bring the war home ! All the power to the people ! »

La prise de conscience du prolétariat international ouvre le chemin au dépassement radical des contradictions existant dans le monde entier. Elle nous permet de nous orienter vers la lutte authentique du prolétariat militant, sujet révolutionnaire de ce monde en transition, juste au moment où la bourgeoisie, notre ennemie, réorganise petit à petit son pouvoir en direction du fascisme.

Que signifie le mot d’ordre américain « Bring the war home » ?

Alors que les Etats-Unis déploient leur armée en Corée et au Vietnam pour la même guerre contre-révolutionnaire d’invasion et d’oppression, l’attitude n’est pas la même : au moment de la guerre de Corée, il n’y a pas eu de lutte contre cette guerre tandis que maintenant il y a lutte aux Etats-Unis contre la guerre du Vietnam.

C’est un changement fondamental depuis la deuxième Guerre Mondiale. De plus, le SDS prépare le passage de la lutte contre la guerre à la guerre intérieure. La signification de ce fait est décisive.

Alors que pour la troisième fois dans l’histoire, l’impérialisme divise le monde, il s’achemine vers le fascisme en déversant l’excès de ses capitaux financiers dans des guerres continuelles, ces guerres entraînent inévitablement la lutte continuelle des classes.

Les éloges qui avaient été accordées à l’impérialisme américain par les structures capitalistes, tels que « messie du monde », « défenseur du camp libre », « guerre pour la paix » ou bien« paix dans l’équilibre des forces » se sont retournées en une accusation : « leader de la réaction internationale ».

Mais ce n’est pas ce changement de mentalité qui peut seul expliquer ce passage de la lutte contre la guerre à la guerre révolutionnaire. Ce n’est pas parce que l’impérialisme fait la guerre que naît la guerre contre la guerre.

Fusako Shigenobu, Leila Khaled, Koji Wakamsatsu - Beyrouth 1971

La lutte contre la guerre naît pour une autre raison. Et quand on comprend cette vraie raison, la lutte contre la guerre se transforme en guerre révolutionnaire. Justement, la vraie raison est la clef qui permet de comprendre le déplacement des structures capitalistes, et comment l’excès des capitaux financiers de l’impérialisme entraîne la lutte des classes, comment le monde a radicalement changé après les Deuxième Guerre mondiale.

C’est dans cette optique que nous comprenons le sens profond de la lutte du 8 octobre au Japon [le 8 octobre 1967, à Haneda, l’aéroport de Tokyo, les militants tentèrent d’empêcher le premier ministre Sato de quitter le Japon pour rendre visite aux chefs d’Etat réactionnaires, dont celui du Vietnam du Sud ; les affrontements furent violents.], de mai 68 en France, du Printemps de Prague, de la lutte entre l’URSS et la Chine, qui sont des phénomènes de radicalité et de spontanéité d’un mouvement se dirigeant vers le dépassement fondamental de ce monde en transition.

De la compréhension de ce sens profond, naissent les tactiques et les stratégies qui mènent à la première étape de l’insurrection armée : la guerre révolutionnaire mondiale jusqu’à la victoire avec la triple alliance « parti mondial - armée rouge mondiale - front révolutionnaire mondial », ceci en affrontant la troisième guerre de division engagée dans le monde par notre ennemi : l’impérialisme américain qui dirige la guerre d’invasion et de répression, avec la participation à cette guerre contre-révolutionnaire des impérialismes du Japon et de l’Allemagne de l’Ouest et l’établissement progressif du fascisme.

Prolétaires, camarades ! Menez à bien la première étape insurrectionnelle : la guerre révolutionnaire mondiale jusqu’à la victoire !