Centre MLM de belgique

CMLM[B], PCF(mlm) - 1917 - 2017 : l’objectif est toujours l’insurrection !

Le 7 novembre 2017, nous célébrons les cent ans de la révolution d’octobre qui, en 1917, a conduit la Russie au socialisme, à travers une insurrection armée suivie d’une guerre civile entre les armées rouge et blanche.

Nous disons que ce chemin est encore valide aujourd’hui ; dans chaque pays capitaliste, un soulèvement révolutionnaire doit être dirigé par le parti révolutionnaire d’avant-garde, mobilisant les masses afin qu’elles prennent le pouvoir en détruisant l’ancien État d’une manière nécessairement violente.

L’insurrection, c’est-à-dire la prise du pouvoir central, est la tâche révolutionnaire des vrais communistes ; le but n’est pas de réformer ou d’améliorer le capitalisme, mais de le renverser. L’ancien État ne peut pas être modifié, il doit être détruit et remplacé par le pouvoir des soviets, l’État socialiste.

La nature du travail des communistes doit donc être conforme à cet objectif révolutionnaire. L’objectif du travail des communistes est de mobiliser les masses pour le soulèvement mondial ! Le peuple en armes doit être le nouvel État !

Les communistes doivent donc être conscients de la capacité de répression de l’ancien État et de ses alliés, comme les fascistes et la mafia ; ils doivent comprendre la caractérisation de chaque période pour travailler correctement suivant la dialectique légalité / illégalité.

De plus, et nous disons que c’est la clé principale de la question, chaque aspect doit être vu en rapport avec l’objectif de prendre le pouvoir, ce qui signifie que chaque processus révolutionnaire doit être évalué du point de vue de la Guerre populaire : la confrontation ancien État / masses.

Il ne s’agit pas de trouver un outil d’intervention « magique », qu’il s’agisse de la propagande armée ou de l’électoralisme. Il s’agit toujours d’évaluer chaque situation selon l’objectif stratégique de l’insurrection armée, avec la prise du pouvoir central.

Chaque « victoire » qui ne correspond pas à cette tâche est incorrecte, dans tous les domaines (économie, politique, culture, etc.). Une victoire signifie avancer dans la direction de l’objectif stratégique. Le pouvoir politique est au bout du fusil.

Cela signifie aussi que le chemin est politique. La politique révolutionnaire n’est possible que par une pensée guide, c’est-à-dire une position correcte sur l’histoire d’un pays donné, pour montrer le juste chemin pour réaliser la contradiction révolutionnaire.

Nous souhaitons souligner ici que les conditions spécifiques de la Révolution d’Octobre ne se répéteront certainement pas, car la Guerre populaire n’a eu lieu qu’après l’insurrection, par la guerre civile. Ce qui se passera plus sûrement, c’est un processus révolutionnaire dans lequel la prise du pouvoir central ne se produit qu’à la fin, comme pour la révolution chinoise.

Lorsque nous disons : « l’objectif est encore l’insurrection ! », nous entendons par là non pas que l’insurrection serait le début d’un processus révolutionnaire, mais son apogée. L’activité révolutionnaire ne consiste pas à accumuler des forces, à organiser un « coup ». L’activité révolutionnaire n’existe que comme un processus général, dans lequel un Nouveau Pouvoir est construit, remplaçant l’ancien par la violence.

Dans cet esprit, nous voulons souligner l’importance qu’il y a à comprendre le principe de la démocratie populaire, qui consiste en la large alliance des forces anti-monopolistes, contre la guerre et le fascisme.

Le but révolutionnaire de prise du pouvoir central appartient à l’offensive stratégique de la révolution, mais un équilibre stratégique peut être historiquement nécessaire dans la situation où le fascisme et la guerre sont le principal aspect politique.

En fait, c’est peut-être même la règle de la révolution dans les pays impérialistes.

Un dernier point que nous voulons souligner, c’est qu’il est impossible de séparer la révolution d’Octobre de l’URSS sous la direction de Staline. Staline était le chef de la construction socialiste dans le premier État socialiste au monde ; défendre la révolution d’Octobre, c’est défendre Staline ; défendre Staline, c’est défendre la révolution d’Octobre.

La raison pour cela est que le sens même de la révolution d’Octobre est la fondation du nouvel État socialiste.

La révolution, c’est l’émergence victorieuse d’un nouvel État. C’est un enseignement élémentaire du matérialisme dialectique.

C’est pourquoi, comme la nature même de l’État dépend du processus révolutionnaire, il n’est pas possible de comprendre la question de l’État sans saisir que c’est une question pratique.

C’est pourquoi, historiquement, Karl Marx avait dû attendre la Commune de Paris de 1871 pour comprendre la forme de la dictature du prolétariat ; c’est pourquoi Lénine a compris la forme du nouvel État socialiste à travers le processus révolutionnaire lui-même.

En août 1917, Lénine explique, dans la préface de L’État et la révolution, le caractère actuel du thème qu’il étudie alors, dans la période entre la révolution de Février et la révolution d’Octobre à venir :

« Nous examinerons d’abord la doctrine de Marx et d’Engels sur l’État, et nous nous arrêterons plus particulièrement aux aspects de cette doctrine qui ont été oubliés, ou que l’opportunisme a déformés.

Nous étudierons ensuite, spécialement, le principal fauteur de ces déformations, Karl Kautsky, le chef le plus connu de la IIe Internationale (1889-1914), qui a fait si lamentablement faillite pendant la guerre actuelle.

Enfin, nous tirerons les principaux enseignements de l’expérience des révolutions russes de 1905 et surtout de 1917.

A l’heure présente (début d’août 1917), cette dernière touche visiblement au terme de la première phase de son développement ; mais, d’une façon générale, toute cette révolution ne peut être comprise que si on la considère comme un des maillons de la chaîne des révolutions prolétariennes socialistes provoquées par la guerre impérialiste.

Ainsi, la question de l’attitude de la révolution socialiste du prolétariat envers l’État n’acquiert pas seulement une importance politique pratique ; elle revêt un caractère d’actualité brûlante, car il s’agit d’éclairer les masses sur ce qu’elles auront à faire, pour se libérer du joug du Capital, dans un très proche avenir. »

La pensée Lénine est née comme expression de la révolution russe et permit d’avoir une meilleure compréhension de la nature de l’État. Comme Staline l’a expliqué dans Les principes du léninisme :

« D’aucuns pensent que la base, le point de départ du léninisme est la question de la paysannerie, de son rôle, de son importance.

C’est là une opinion erronée.

La question fondamentale du léninisme, son point de départ est la question de la dictature du prolétariat, des conditions de son établissement et de sa consolidation.

La question paysanne, en tant que question de la recherche d’un allié pour le prolétariat dans sa lutte pour le pouvoir, n’en est qu’un corollaire. »

Ce que Staline souligne ici, c’est l’aspect universel de la situation particulière du léninisme en tant qu’expression de la révolution russe. C’est en raison de cette compréhension correcte que Staline a directement suivi Lénine, en tant que dirigeant du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchevik), dans la direction du nouvel État dans la construction socialiste.

Il n’est pas possible de séparer Lénine de Staline et Staline de Lénine, étant donné que Staline est le successeur, celui qui a saisi que le léninisme était un développement du marxisme, celui qui a dirigé le Parti dans l’approfondissement de la construction socialiste, de l’État socialiste.

A l’arrière-plan, nous trouvons ici la différence fondamentale entre marxisme et anarchisme, marxisme et opportunisme. L’État n’est ni à nier, ni à réformer. L’État est à construire sur une nouvelle fondation.

C’est le principal aspect de la leçon venant d’Octobre 1917. Ce n’est pas seulement une question de renverser le vieil État, ce qui est une réduction révisionniste du léninisme à une conception mécanique du pouvoir.

Cela signifie : depuis l’avant-garde ouvrant l’espace idéologique révolutionnaire, être en mesure de synthétiser l’antagonisme, d’organiser les éléments les plus avancés en quête de l’autonomie de la classe, générer les organismes révolutionnaires de masse, construire le nouveau pouvoir, jusqu’à l’insurrection !

Cette règle est également valable pour l’Internationale communiste issue de la révolution d’Octobre. Il n’est pas possible de soutenir la Révolution d’Octobre et de ne pas soutenir l’Internationale communiste.

Le maoïsme n’est, en ce sens, pas la liquidation du marxisme et du léninisme, mais la troisième étape du marxisme, le léninisme étant la seconde.

C’est pourquoi nous disons : apprenons de la Révolution d’Octobre ! 1917 - 2017 : l’objectif est encore l’insurrection ! Avec le matérialisme dialectique, développons la révolution mondiale !

Centre Marxiste-Léniniste-Maoïste de Belgique
Parti Communiste de France (marxiste-léniniste-maoïste)

Novembre 2017

mardi 7 novembre 2017


Déclarations et communiqués du Centre MLM [B]