Centre MLM de belgique

L’économiste Eugen Varga et l’I.C. - 13e partie : montée ou déclin du capitalisme ?

En mai 1924, Eugen Varga reprit le cours de son analyse dans Montée ou déclin du capitalisme. C’était là un tournant pour lui, car sa méthode touchait ici sa limite. Eugen Varga était obligé de constater que la situation est très complexe, trop complexe ; il ne parvenait plus à en faire une description générale en s’appuyant sur des statistiques, comme auparavant.

Il était obligé de reconnaître qu’il était dépassé :

« Il ne se laisse pas décider par l’analyse purement économique si la sortie de la période de déclin sera la chute du capitalisme ou bien la mise en place d’un nouvel équilibre de l’économie mondiale, un nouveau renforcement du capitalisme. »

En disant cela, Eugen Varga s’avouait battu. Il était même obligé d’aller dans le sens d’une remise en cause. Constatant ainsi le renforcement de la bourgeoisie, les défaites en Italie, en Bulgarie, en Allemagne, il posait au début de sa brochure la question de savoir si les thèses de l’Internationale Communiste s’avèrent tout de même correctes ou non.

Cela en dit long sur sa nature, celle d’un intellectuel engagé oscillant en fonction de la situation, et ne dépassant pas l’utilité pratique de statisticien.

Il conserva toute fois le cap, restant dans le cadre, sans basculer dans la capitulation ou le révisionnisme, évitant surtout d’en arriver comme les sociaux-démocrates à la considération que, désormais, le capitalisme était organisé.

Il reprit ainsi point par point ses constatations et admit déjà que la crise sociale aiguë était passée, que la crise économique était moins ample qu’auparavant. En fait, le capitalisme avait obtenu une certaine reprise en parvenant à pressuriser le prolétariat.

Cependant, le capitalisme restait éparpillé à l’échelle mondiale, il n’y avait plus de tendance uniforme à l’échelle mondiale, mais des situations éparses. Même dans chaque pays en fait, l’évolution était très différente selon les branches.

En 1924, le capitalisme n’avait pas encore atteint la production d’avant-guerre, l’Europe étant d’ailleurs encore loin du compte. La production de navires était d’un peu moins de la moitié de celle de 1913. Le chaos était qui plus est encore total sur le plan des politiques économiques mises en place.

Pour appuyer son propos, Eugen Varga ajouta à Montée ou déclin du capitalisme dix pages de statistiques internationales (chômage, exportation de capitaux, commerce extérieur, production de céréales, cours du dollar, etc.)

Il n’y formula pas de synthèse de son point de vue d’alors, mais on retrouvait un équivalent de celle-ci dans son exposé économique lors du congrès. Voici la grande thèse d’Eugen Varga sur la période de déclin du capitalisme :

« Je définirais à peu près de la manière suivante la période de crise : Nous comprenons par période de crise une période du capitalisme où les contradictions de la société capitaliste augmentent tellement que l’unité de l’économie mondiale capitaliste est ébranlée, que la production croissante dans un capitalisme normal stagne ou recule, que par conséquent la bourgeoisie n’est plus en mesure d’assurer un niveau de vie équivalent ou croissant, et qu’à la suite de ce développement il y a la possibilité objective de parvenir au pouvoir par des luttes victorieuses.

Je souligne également le fait que la possibilité objective, celle permettant de profiter d’une lutte victorieuse, dépend en première ligne de la capacité de lutte, de la volonté de lutte et de la capacité de lutte des Partis Communistes. »

Cette synthèse allait de pair avec une défense de sa position, au cours même de son exposé :

« Les efforts que nous voyons souvent faits dans nos propres milieux pour trouver une théorie quelle qu’elle soit qui nous prouverait objectivement que le capitalisme doit s’effondrer… Cette théorie ne peut pas être formulée.

Je suis contrit lorsque certains camarades gauchistes disent : bah, Varga est un vieil opportuniste.

Mais je dis qu’il n’existe pas de théorie correcte qui pourrait prouver que l’effondrement du capitalisme se produirait d’une certaine manière tout seul, automatiquement, devrait se produire de manière inévitable. »

mardi 12 février 2019


L’économiste Eugen Varga, cadre de l’URSS et de l’Internationale Communiste