Centre MLM de belgique

Le révisionnisme de Deng Xiaoping - Troisième partie : Face aux « double soutien inconditionnel »

Comment Deng Xiaoping a-t-il lancé à la lutte contre le matérialisme dialectique ? Il a dû apparaître comme menant la réorganisation de l’idéologie, comme la remettant sur son chemin.

Par conséquent, Deng Xiaoping prétendait agir au nom de la « vérité. »

Lutte bourgeoise contre le « double soutien inconditionnel »

Le 19 Septembre 1977, l’information a été donnée comme quoi Deng a expliqué que « chercher la vérité des faits » était « la quintessence de la pensée philosophique de Mao Zedong », en parlant avec la figure la plus importante du ministère de l’Éducation.

Six mois plus tard, le 11 mai 1978, le Guangming Ribao (le Quotidien de Guangming) publia un article intitulé La pratique est le seul critère pour tester la vérité, qui était l’attaque de la ligne pragmatique contre le « double soutien inconditionnel », qui représente la fidélité au matérialisme dialectique .

Voici comment Deng Xiaoping explique le « double soutien inconditionnel » :

« Il y a quelques jours, deux camarades responsables de l’Administration générale du Comité central m’ont rendu visite, et je leur ai dit que c’était une erreur de pratiquer le « double soutien inconditionnel » [Il s’agit de : « Soutenir résolument toutes les décisions du Président Mao et soutenir invariablement toutes ses directives »].

Si l’on s’y conformait, on ne pourrait ni expliquer pourquoi il a fallu me réhabiliter, ni affirmer que les activités menées par les larges masses populaires en 1976, sur la place Tian’anmen, « allaient dans le sens du sentiment et de la raison » [Allusion à la manifestation anti-communiste du 5 avril, en conséquence de quoi Deng Xiaoping fut considéré comme « contre-révolutionnaire » par Mao Zedong et le bureau politique du Comité central].

Il est, en effet, impossible d’appliquer ce que le camarade Mao Zedong a dit au sujet d’un problème spécifique, en un lieu donné, à une époque précise et dans des conditions particulières, à un autre problème surgi en un lieu différent, à un autre moment et dans d’autres conditions.

Le camarade Mao Zedong lui-même a déclaré à maintes reprises que certaines de ses paroles n’étaient pas tout à fait exactes (…).

Le camarade Mao Zedong a avoué que lui-même avait également commis des erreurs. Il a affirmé qu’il n’existe personne qui soit dans la vérité à tout moment et en toute chose, et dont chaque parole soit correcte.

Il disait encore : Ce serait déjà positif si les mérites et les erreurs d’une personne pouvaient être évalués dans un rapport de 70 à 30 pour cent ; après ma mort, si le jugement de la postérité m’accorde un tel rapport, je serai très content, très satisfait. » (Le « double soutien inconditionnel » est le contraire du marxisme, 24 mai 1977)

Ce n’était pas tout. Deng Xiaoping a dû faire appel à une réinterprétation des enseignements de Mao, toujours dans l’esprit du rejet de l’indivisibilité de la matière. Deng Xiaoping a pu réduire ce qui est apparu comme le maoïsme, dans une sorte de « pensée Mao Zedong », qui était juste une « méthode. »

Deng Xiaoping a ainsi expliqué :

« La pensée de Mao Zedong a développé le marxisme-léninisme dans beaucoup de domaines. Elle forme un système, qui n’est autre que le marxisme-léninisme développé. Je propose donc que les camarades versés dans le travail théorique, tout en menant à bien la compilation et la publication des œuvres de Mao Zedong, consacrent de grands efforts à l’explication, sous différents angles, de sa pensée en tant que système. » (Pour une compréhension intégrale et correcte de la pensée de Mao Zedong, 21 juillet 1977)

Le mouvement bourgeois de 1989

Cela nous amène directement au mouvement de 1989. Ce qui s’est passé est la chose suivante : le 15 avril, Hu Yaobang décéda.

Après avoir été l’un des responsables du Parti visés par la GRCP, il est devenu le chef de file des réformes économiques en Chine pendant les années 1980 ; il était l’homme de Deng Xiaoping, le numéro 2 du régime social-fasciste.

Néanmoins, Hu Yaobang a estimé que le mouvement de libéralisation devait aller plus rapidement. Pour cette raison, il a refusé de critiquer le mouvement de protestation lancé en décembre 1986.

Cette protestation était basée à l’Université des Sciences et Technologies de Hefei, avec l’astrophysicien Fang Lizhi comme figure principale.

Fang Lizhi a dû travailler dans une mine de charbon au cours de la GRCP, il a été très actif dans la promotion de la conception bourgeoise du monde : il était le principal promoteur de la conception du « Big Bang », à l’encontre du principe de l’indivisibilité de la matière.

Les responsables du mouvement de 1986 furent exclus du Parti « communiste », et Hu Yaobang lui-même a été mis de côté pour être sur la même ligne qu’eux.

Lorsqu’il est mort, en 1989, le mouvement libéral bourgeois a commencé une nouvelle offensive. 50 000 étudiants ont défilé 22 avril 1989 sur la place Tiananmen afin de participer à la cérémonie commémorative pour la mort de Hu Yaobang et appeler au libéralisme.

Ce fut le début des protestations de la place Tiananmen, en 1989. Fang Lizhi choisit alors de demander asile à l’ambassade américaine, et a ensuite déménagé aux États-Unis.

Le mouvement de 1989 était le produit de la contradiction inévitable entre le révisionnisme et l’utilisation du libéralisme dans le domaine de la cosmologie.