Centre MLM de belgique

Les attentats du 13 novembre 2015 et le concept de « Dâr ul-harb »

L’État Islamique se situe, comme tout le fondamentalisme islamique, dans la tradition du respect littéral absolu du Coran et des Hadiths, les paroles rapportées par Mahomet.

Le paradoxe est que l’un des concepts les plus importants n’est présent ni dans le Coran, ni dans les Hadiths, justement. C’est pourtant ce concept qui justifie pour Al-Qaïda son intervention aux États-Unis le 11 septembre 2001 et pour l’État Islamique en France le 13 novembre 2015.

Ce concept, c’est celui de « Dâr ul-harb », qui s’oppose au concept de « Dâr ul-islam ». A la base, il s’agit d’une simple distinction juridique : « Dâr ul-islam » désigne le pays qui est la demeure de l’Islam, le terme signifiant « domaine de la soumission à Dieu », alors que « Dâr ul-harb » désigne les pays non-musulmans et par conséquent le « domaine de la guerre ».

Dans le Coran, on ne trouve aucun des deux concepts, mais il est parlé de deux types de peuples non musulmans : dans le premier cas il s’agit du « peuple auquel vous êtes liés par un traité », dans le second du « peuple qui est votre ennemi ».

Il existe ici une différence importante entre Al-Qaïda et l’État Islamique. Les deux, en théorie, considèrent qu’il n’existe pas de traité possible avec des peuples non musulmans. Cependant, Al-Qaïda fonctionne pour ainsi dire en deux temps, contrairement à l’État Islamique.

Al-Qaïda considère que l’ennemi ce sont les occidentaux et les Juifs, et que le reste est temporairement secondaire. Al-Qaïda n’a pas cherché l’affrontement avec les chiites, et les Talibans n’ont pas détruit les sanctuaires soufis en Afghanistan, se contentant de les fermer. Il s’agit d’une temporisation dans l’affirmation d’un islamisme total.

Lors de l’attentat contre Charlie Hebdo, les éléments rapportés de ceux-ci montrent que les terroristes avaient comme consigne de ne pas tuer les femmes, ni même des gens non liés de près ou de loin à Charlie Hebdo.

L’État Islamique n’a pas du tout la même approche. A l’opposé d’Al-Qaïda, qui n’a jamais voulu avoir de territoire, à la différence des Talibans qui sont clairement un mouvement posant un cadre national, l’État Islamique a décidé de territorialiser l’Islam, de manière transnationale, voire a-nationale ou même anti-nationale.

Or, la signification de cette territorialisation est que tout le reste est non-musulman. En fait, dans la logique de l’État Islamique, quiconque n’est pas musulman sur son territoire, présenté comme un Califat, n’est pas un vrai musulman.

La seule conséquence, en cas d’action de ses partisans dans d’autres pays, est soit la territorialisation (comme au Mali), soit l’attaque-suicide (comme pour Paris ou bien Beyrouth), contrairement à Al-Qaïda.

En France, les personnes musulmanes ne raisonnent pas en ces termes. Si jamais elles sont proches de la religion de manière conséquente, elles optent pour l’opposition en sécurité / pas en sécurité. Du moment qu’elles peuvent exister en tant que personnes musulmanes, cela leur suffit. Le mouvement des « salafs » va plus loin, dans la mesure où ceux-ci considèrent qu’il faut s’isoler socialement afin d’éviter d’être « contaminé », « pollué ».

Ainsi, les salafistes pratiquent un exode intérieur, alors que chez l’État Islamique c’est un exode extérieur (appelé « Hijrah » (exil en arabe) en référence à l’émigration des premiers musulmans de La Mecque vers Médine en 622).

Le Coran est d’ailleurs explicite sur ce plan, dans la Sourate 4, et toute la tradition musulmane veut qu’on ne puisse pas rester en tant que musulman dans un pays qui n’est pas sous domination musulmane. Le Coran dit notamment :

« 97. Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : "Où en étiez-vous ? " (à propos de votre religion) - "Nous étions impuissants sur terre", dirent-ils. Alors les Anges diront : "La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? " Voilà bien ceux dont le refuge et l’Enfer. Et quelle mauvaise destination !

98. A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie :

99. A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.

100. Et quiconque émigre dans le sentier d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. Et quiconque sort de sa maison, émigrant vers Allah et Son messager, et que la mort atteint, sa récompense incombe à Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Il faut bien noter que le même questionnement a lieu dans les pays semi-coloniaux semi-féodaux où la majorité de la population est musulmane. Le régime politique n’étant pas fondé sur la charia, alors il n’est pas possible de considérer le pays comme « Dâr ul-islam ».

L’État Islamique se pose comme répondant à cette problématique.

Pourquoi cependant cela pousse-t-il nécessairement l’État Islamique a agir dans d’autres pays, sans se replier sur son territoire, de manière passive ?

C’est qu’il existe une thèse qui s’oppose à lui, celle du « Dâr ud-da’wa », expression signifiant « Demeure de la présentation de l’islam ». Cette thèse appelle à « purifier » au fur et à mesure les pratiques en vigueur. C’est en quelque sorte la version salafiste dans les pays à majorité musulmane.

C’est un « gradualisme » dans la proposition stratégique, qui est en fait la ligne des Frères Musulmans.

C’est la raison qui fait que si Tariq Ramadan dénonce les attentats à Paris de l’État Islamique, en même temps, à l’arrière-plan, il présente la question de l’Islam comme seule actualité authentique. C’est là son travail de fond, le sens de sa bataille intellectuelle et culturelle pour l’opinon publique.

Voici ses propos, où ce qui est sous-entendu compte autant que ce qui est apparent au premier plan :

« Paris aujourd’hui ... Il est des moments pour l’empathie, la compassion et le silence. Il est des moments pour l’analyse, les questions et la critique. La sagesse et l’humanité nous invitent à nous maîtriser et à laisser les analyses critiques et politiciennes pour le moment opportun. Ce qui est également un appel à s’efforcer de ne pas tomber dans les émotions sélectives car les attentats de Paris, de Beyrouth, d’ Istanbul ou ceux de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, comme les morts d’Afrique, de Palestine, de Birmanie ou du Tibet d’avoir trouvé l’expression de notre même humanité.

S’efforcer de se maîtriser en sachant l’empathie et le silence quand la mort frappe ; s’efforcer d’ouvrir son cœur et son intelligence à l’égale humanité des êtres humains. »

On voit donc qu’il existe, pour résumer, une seule stratégie du fondamentalisme islamique, mais selon trois modalités, qu’on peut dire tactiques : reconnaître un régime non musulman et le travailler de l’intérieur activement (les Frères Musulmans) ou passivement (les salafistes), ne pas le reconnaître mais cibler ses priorités (Al-Qaïda), ne pas le reconnaître et le rejeter dans son intégralité (l’État Islamique).

C’est cela qui rend particulièrement nihiliste la démarche de l’État Islamique.

lundi 23 novembre 2015


International