Centre MLM de belgique

Mouvement Populaire Pérou : Vive le 84ème anniversaire du glorieux Parti Communiste du Pérou ! - 2012

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

MPP

Avec allégresse et optimisme révolutionnaire, ce 7 Octobre, nous célébrons un anniversaire de plus du Parti communiste du Pérou (PCP), parti de type nouveau, militarisé, guidé par le marxisme-léninisme-maoïsme, pensée Gonzalo, principalement pensée Gonzalo, qui en est venu a diriger de manière réussie la guerre populaire au Pérou depuis plus de 32 ans.

Le Mouvement Populaire Pérou (MPP), organisme généré du PCP pour le travail à l’étranger, salue cet anniversaire de l’héroïque combattant avec optimisme à son plus haut.

Avec la conviction absolue en le marxisme-léninisme-maoïsme, pensée Gonzalo, principalement pensée Gonzalo pensé, en notre Base d’Unité Partidaire, la Ligne Politique Générale et le Programme communiste, nous exprimons une fois de plus notre salut aux hommes et femmes des champs, aux ouvriers et travailleurs qui dans les pires conditions de vie et de travail luttent pour leurs droits et revendications, aux intellectuels progressistes, qui dans les rues arrachent des avantages pour la classe et joint aux paysans et ouvriers et la bourgeoisie nationale en propre, combattent et résistent pour leurs droits bafoués depuis des siècles.

Nous nous en tenons à l’indéfectible engagement de poursuivre les tâches restantes de la révolution péruvienne, c’est la travail des communistes et révolutionnaires marxistes-léninistes-maoïstes, pensée Gonzalo. Ce que nous faisons et continuerons à faire.

Dans ces années de guerre populaire, le PCP a dû faire face à des problèmes nouveaux et les résoudre dans le feu de la guerre populaire même. L’expérience montre combien il est crucial de maintenir les principes.

Le PCP a dépassé le détour et a écrasé les mensonges des « accords de paix », et continué de se battre et balayant définitivement la LOD [Ligne Opportuniste de Droite] et la LOG [Ligne Opportuniste de Gauche], avec la guerre populaire. La seule chose qui assure nos succès est que la ligne idéologique et politique soit correcte, par conséquent, le PCP est préparé pour de longues années de lutte, maintenant le cap.

L’expérience de ces 32 années de guerre populaire a servi pour régler le problème de direction et désormais le PCP compte avec un Comité central forgé au moyen de la guerre populaire et de la lutte de deux lignes, à la fois au sein du Parti et principalement dans son Comité central, comme au niveau international.

Cela a été le Comité central du PCP qui a combattu les « accords de paix » et combattu la LOD, comme cela a été le Comité central qui a caractérisé la LOG et a noté son existence et l’a combattu.

Cela a aussi été le CC du PCP qui a dénoncé, partant de l’expérience du Pérou et de l’expérience internationale, l’existence d’un plan impérialiste des « accord de paix. ».

Le nouveau révisionnisme et d’autres convergent avec lui, toujours insistant à claironner sur le canular de la réaction sur les « lettres de paix. » Nous autres procédons de la réalité et le concret et la réalité est que le président Gonzalo ne s’est pas prononcé publiquement, et le Parti maintient la consigne « Nous exigeons la présentation publique, directe et en temps réel du Président Gonzalo et qu’il puisse prendre la parole ! »

C’est ce qui est posé, défini par le Comité Central, et tous comme militants, y compris le Président Gonzalo, nous nous assujetissons aux principes et au Comité Central, c’est ce que nous enseigne le Président Mao.

Nous ne nous assujettissons pas aux évènements et aux organismes dirigés et planifiés par la réaction, dans les prisons ou dans n’importe quel lieu.

La PCP repose sur l’expérience du Pérou avec le canular des « accords de paix » et la LOD, l’expérience du Népal et actuellement en Colombie, le processus de « paix » au pays basque, l’émergence de la LOG, etc. il a été établi qu’il y avait un plan mondial impérialiste des « accords de paix », qui vise à mettre fin à toute lutte armée révolutionnaire et en particulier aux guerres populaires.

Ce plan de l’impérialisme vite à imposer, au sein du Mouvement Communiste International (MCI), le parlementarisme et le pluripartisme, l’idée que commencer la lutte armée ne sert à rien, les « droits humains », que les peuples veulent la « paix », que la guerre populaire équivaut au « terrorisme », que les pays coloniaux et semi-coloniaux peuvent devenir des nations capitalistes modernes par la voie de la réforme parlementaire (niant l’existence de l’impérialisme et du capitalisme bureaucratique), le rejet de la notion de dirigeants et de Direction et de l’application concrète du maoïsme à la réalité de chaque pays.

Ils nient les principes fondamentaux du maoïsme, la question du Pouvoir et la direction prolétarienne de la révolution.

Avakian et tout le nouveau révisionnisme, également comme d’autres révisionnistes, mènent le combat pour réviser l’idéologie universelle du prolétariat international avec l’idée que le problème de « l’union de la gauche » est de changer l’idéologie - c’est-à-dire que l’unité ne sera pas fondée sur les principes du marxisme, mais sur le pragmatisme et opportunisme, ou dans « l’expérience qui est abstraite de la réalité. »

Cela, pour Avakian et ses disciples, signifie une abstraction « objective », faite par des « experts » intellectualoïdes, au-dessus des classes, et qu’il n’y a pas seulement le prolétariat et les communistes qui peuvent poser correctement comment faire la révolution.

Comme partie de ce plan impérialiste, il est est essentiel d’isoler la Guerre Populaire du Pérou dirigée par le PCP. Pour cela, l’impérialisme et le nouveau révisionnisme ont soulevé le nouveau canular comme quoi le PCP n’existe pas, ou bien qu’il n’y a pas de Comité Central qui le dirige, qu’il existerait seulement des groupes dispersés.

Dans le même temps, comme cela a été fait avec la capitulation au Népal, il y a la tentative de substituer la lutte de deux lignes par la réconciliation (deux fusionnent en un), tandis que le nouveau révisionnisme se déchaîne.

Certains, avec leurs mots de « d’évaluation historique », déforment la réalité et évitent l’évaluation du MRI et l’application du maoïsme, évitent la lutte de deux lignes et la critique et l’autocritique qui correspond, et est nécessaire pour avancer et d’atteindre l’unité.

Ils parlent, comme ils l’ont dit avant sur le Népal, de « la guerre populaire la plus avancée au monde », en se fondant non pas sur l’idéologique et le politique, mais sur les actions militaires dispersées, sur le pragmatique - et nous accusent « d’attaquer » la guerre populaire en Inde, lorsque nous insistons sur le fait que la défense de la révolution en Inde devrait être une défense des principes de notre classe, de la direction prolétarienne de la révolution.

Le principal est que la gauche, les communistes du monde entier, assument leur responsabilité, et imposent le maoïsme et écrasent le nouveau révisionnisme et les récalcitrants.

Aujourd’hui au Pérou, le PCP dirige la révolution démocratique avec la guerre populaire et est concentré dans le travail de masses pour la guerre populaire.

Les masses du Pérou donnent leur vie chaque jour, luttant contre le vieil État, le Parti travaille pour les luttes des masses convergent avec la guerre populaire, pour que la guerre populaire parvienne à un saut dans l’incorporation des masses à elle. Pour que les masses ne versent pas leur sang en vain.

Le CC du PCP nous demande aujourd’hui, partant de l’expérience de la guerre populaire elle-même, de mobiliser en appliquant : « organismes gris [organismes de masse générés par le Parti], clandestinité, lutter inséparablement avec les masses, centralisme démocratique. »

Gonzalo-22-2

Ainsi, nous pouvons voir comment le PCP tire les leçons et les applique à la réalité concrète. Tous ces éléments confirment que de la guerre populaire sort tout : les problèmes et les solutions, et qu’ils ne viennent pas de la tête d’un « sage » ou groupe « d’experts. »

Le principal danger pendant la durée de la bataille entre le prolétariat et la bourgeoisie est le révisionnisme. Aujourd’hui, le principal danger est le nouveau révisionnisme qui se qualifie de « maoïste », révisionnisme qui s’est élancé après l’arrestation du Président Gonzalo, le révisionnisme et les révisionnistes qui rêvent de sauver l’impérialisme de l’empêcher de sombrer par les luttes des masses du monde, sèment les illusions en les élections et le parlementarisme.

Le Mouvement Populaire Pérou, organisme généré pour le travail à l’étranger, réitère sa pleine sujétion au président Gonzalo, au CC du PCP et à tout son système de direction.
Avec optimisme révolutionnaire, nous exprimons l’engagement de combattre le révisionnisme de tous les horizons et de tous les genres, et, surtout, de lutter jusqu’à la mort pour imposer le maoïsme comme commandement et guide de la nouvelle vague de la grande révolution prolétarienne mondiale et d’accomplir la tâche d’écraser le nouveau canular qu’il n’y a pas de Parti en tant que partie du nouveau plan impérialiste des accords de paix.

En ce jour, nous réaffirmons donner notre vie pour le communisme toujours doré, pour l’unique chemin valide et correcte : celui de la guerre populaire.

Vive le glorieux Parti Communiste du Pérou !

Vive le Marxisme-Léninisme-Maoïsme, Pensée Gonzalo, principalement la Pensée Gonzalo !

Guerre Populaire jusqu’au communisme !

Movimiento Popular Perú
7 de octubre de 2012