Centre MLM de belgique

Mouvement Populaire Pérou : Vive le XXème anniversaire du magistral discours du Président Gonzalo - 2012

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Vive le XXème anniversaire du magistral discours du Président Gonzalo, qui resplendit victorieusement et s’exprime vigoureusement devant le monde comme arme de combat !

« Nous sommes ici les fils du peuple et nous combattons dans ces tranchées de combat, nous le faisons parce que nous sommes communistes ! Parce que nous défendons les intérêts du peuple, les principes du Parti, la guerre populaire, voilà ce que nous faisons, ce que nous sommes en train de faire et ce que nous continuerons à faire !

Nous sommes ici dans ces circonstances, certains pensent qu’il s’agit d’une défaite.

Ils se leurrent !

Qu’ils continuent de rêver.

C’est tout simplement un détour, rien de plus, un détour sur notre route !

La route est longue, nous la parcourrons et puis nous triompherons ! Vous le verrez, vous le verrez ! »
(Discours du Président Gonzalo, PCP – Base Lima, Septembre 1992)

Le Mouvement Populaire Pérou, organisme généré du Parti communiste du Pérou, célèbre le vingtième anniversaire du président Gonzalo, conjointement avec tout le Parti, son Comité central, tout son système de direction partidaire et toutes les masses héroïques qui poursuivent en combattant dans notre victorieuse guerre populaire, écrasant les lignes contraires : les opportunistes et révisionnistes de la LOD [ligne opportuniste de droite] et la LOG [ligne opportuniste de gauche].

Nous nous en tenons fermement et sans réserve à notre Chef le Président Gonzalo, chef du Parti et de la révolution, centre d’unification partidaire et garantie du triomphe jusqu’au communisme, et à notre Comité central qui toujours applique la pensée Gonzalo pour résoudre les nouveaux problèmes qui se présentent posent dans la voie de la révolution – luttant de manière inséparable avec les masses dans la guerre populaire.

Nous célébrons l’importance du Discours Magistral de notre Direction, comme l’importance des 20 années qui ont suivi. Il y a 20 ans que nous ont été donnés de grandes leçons et que nous nous forgeons davantage comme communistes, marxistes-léninistes-maoïstes, pensée Gonzalo, principalement pensée Gonzalo.

Dans cette période, nous avons vu comment les contributions du Président Gonzalo se répercutent sur le monde, comment des Partis et organisations dans différents pays ont assumé la tâche urgente et décisive établie par le Président de reconstituer les Partis Communistes comme Paris marxistes-léninistes-maoïstes et de déclencher les guerres populaires – mais, d’autre part, nous avons vu comment l’opportunisme et le révisionnisme, étant le principal danger pour la révolution mondiale, ont utilisé l’arrestation de notre Direction comme une occasion pour relever la tête et servir les plans de l’impérialisme et de la réaction.

C’est une loi : la ligne prolétarienne et correcte, produit de toute l’expérience des luttes héroïques de la classe et du peuple, se concrétisent toujours dans des personnes, c’est-à-dire « un groupe de dirigeants et en particulier celui qui représente et dirige, une chef de l’autorité reconnue et ascendante », et conscient de cela, l’ennemi de classe a comme un de ses objectifs primordiaux contre-révolutionnaires d’anéantir physiquement cette direction et l’idéologie et la pensée derrière elle.

Ce n’est rien de nouveau, les exemples les plus connus sont les attaques contre le camarade Staline et le Président Mao Zedong ; en l’absence de la Direction, l’impérialisme et la réaction lancent des campagnes de calomnies, et comptent principalement sur ses agents au sein des rangs du prolétariat - c’est-à-dire les révisionnistes et les opportunistes qui, pour certains sciemment et pour d’autres non, exercent leur sale boulot pour dévier la révolution mondiale de ses principes, de sa ligne juste et correcte.

Ils visent à désarmer idéologiquement le prolétariat et les peuples du monde. C’est l’essence de la thèse révisionniste du « culte de la personnalité » et des attaques contre le principe marxiste de chefs et de Direction.

Dans le cas du Président Gonzalo, c’est lui qui 1) a établi le maoïsme comme troisième étape nouvelle et supérieure du marxisme, 2) a assumé la défense de « la validité universelle de la guerre et son application conséquente, en tenant compte des différents types de révolution et les conditions spécifiques de chaque révolution », et 3) a insisté sur le fait que le maoïsme comme idéologie universelle du prolétariat international doit être spécifiée et appliquée aux conditions de chaque pays à travers l’expérience pratique de faire la révolution, de générer une pensée guide, qui se réalise dans une Direction soutenant la dite pensée pensée.

Sans cette expérience pratique et l’application pratique, le maoïsme se transforme en un dogme mort, en théorie inopérante.

Ainsi, ceux qui se sont opposés à accepter le maoïsme comme troisième étape, nouvelle et supérieure, et ceux qui ne veulent pas faire la révolution dans leur propre pays, mais pratiquer la politique révisionniste de « l’accumulation des forces », furent les premiers à prendre la détention du Président Gonzalo et le canular des « accords de paix » comme une occasion pour diffuser leurs positions révisionnistes dans le monde entier.

C’est l’essence même de la « nouvelle synthèse » d’Avakian, et il est clair que son révisionnisme continue à résonner dans les Partis et les organisations à travers le monde, même parmi ceux qui disent « critiquer » cela.

Aujourd’hui, le Parti Communiste du Pérou, sous la direction de son Comité Central, toujours arbore, défend et applique les principes du marxisme-léninisme-maoïsme, pensée Gonzalo, principalement pensée Gonzalo, et continue de développer la guerre populaire dans des conditions complexes.

C’est le Parti qui insiste sur la défense maoïsme comme troisième étape, nouvelle et supérieure du marxisme, c’est le Parti qui continue d’insister pour que le maoïsme doit s’appliquer aux conditions de chaque révolution, initiant et développant la guerre populaire.

Pour construire le Nouveau Pouvoir jusqu’à la conquête du pouvoir dans tout le pays, pour la réalisation des révolutions démocratiques dans un pays semi-féodal et semi-féodaux, puis, sans interruption aucune, continuer avec la révolution socialiste sous la dictature du prolétariat et avec révolutions culturelles successives jusqu’à notre but ultime le communisme toujours doré, le tout avec la guerre populaire.

En outre, c’est le Parti communiste du Pérou qui insiste sur le fait que « aujourd’hui ici et dans le monde entier, il n’y a ni capitulation, ni accords de paix, ni aucune trêve ! » face aux plans impérialistes des « accords de paix », et en tenant compte de toute l’expérience des 20 dernières années, du Pérou, du Népal et d’autres pays, qui confirment leur existence.

Ce plan est ce que l’ennemi tente d’appliquer en Inde et dans d’autres pays : l’appel de la droite dans les Partis Communistes à capituler, à vendre la révolution et à aller aux élections, pour susciter de faux espoirs dans les masses et se peindre de « démocrates bourgeois » (voir la LOD et les nouvelles à ce sujet sur l’Inde), puis avec les dirigeants révisionnistes bien logés dans le vieil Etat, anéantir les communistes et les masses révolutionnaires.

C’est précisément pourquoi il est nécessaire pour l’impérialisme et la réaction de continuer à attaquer le PCP, et d’avoir l’aide du nouveau révisionnisme et de toutes sortes d’opportunistes au niveau mondial, de la LOD et de la LOG au Pérou.

Ainsi ils continuent de monter de nouveaux coups pour essayer d’anéantir la direction prolétarienne de la révolution au Pérou, et l’influence du PCP au niveau mondial, en disant : « le PCP n’existe pas », qu’il existe désormais « seulement quelques fractions sans direction centrale », et en contrôlant (directement ou indirectement) par des individus et des cliques de capitulards et de traîtres au Pérou et à l’étranger pour répandre ces mensonges.

D’autres parlent seulement du bout des lèvres de défendre la position du PCP et de rejeter les positions révisionnistes, mais insistent pour ne pas prendre position sur le Comité central du PCP, ne serrent pas les rangs, ni ne disent, par exemple, qui a sanctionné l’existence de la LOD et de la LOG et sont venus les combattre. Semblable à un double d’Avakian devant la structuration de la LOD dans les prisons, ils se font l’écho de la réaction ou des personnes qui peintulurent de « gauchistes et d’incendiaires. » Ainsi ils expriment leur convergence avec le plan de l’impérialisme.

Par conséquent, ce qui revient aux communistes de tous les pays est de rejeter ces mensonges, de réaffirmer leur position sur la lutte que le Comité central du Parti communiste du Pérou a mené contre la LOD, la LOG et tous ceux qui trafiquent avec le nom du Parti.

Une chose est de débattre des désaccords qui existent au sein du MCI – et le PCP a appelé toutes les organisations et partis à débattre - mais une autre chose est de servir les plans de l’impérialisme et de la réaction, par l’application de la politique opportuniste d’Avakian, de rester « silencieux », de dire « il faut voir », de rester « en attente » ou « d’enquêter » ou tomber dans toutes sortes d’ambiguïtés pour éviter de prendre une position.

Pour cela, nous appelons donc les communistes et les révolutionnaires de tous les pays à démasquer ces plans de l’impérialisme, de la réaction et du révisionnisme.

A rejeter et à combattre sans relâche le nouveau révisionnisme, de manière implacable, car c’est uniquement en utilisant la méthode maoïste de la critique et l’auto-critique, de la lutte à mort contre le révisionnisme, que les partis peuvent aller de l’avant et initier et développer la guerre populaire dans tous les pays, seule façon de faire face la guerre impérialiste et de conquérir le Pouvoir pour le prolétariat et le peuple.

A rejeter la thèse révisionniste selon laquelle « deux se réunissent en un » - parce que cela signifie s’unir aux principes bourgeois et vendre la révolution pour un plat de lentilles.

L’unité du Mouvement Communiste International nous ne la réaliserons seulement dans la lutte fondée sur nos principes et la riche expérience pratique de la classe et son avant-garde dans leur mise en œuvre.

« Pour finir, maintenant, écoutons ceci : comme on peut le voir dans le monde, le maoïsme dans sa marche inexorable commande la nouvelle vague de la révolution prolétarienne mondiale.

Saisissez-le et comprenez-le bien ! Que ceux qui ont des oreilles, s’en servent, que ceux qui ont du bon sens et nous en avons tous, l’utilisent !

Trêve de niaiseries ! Assez de ténèbres ! Comprenons-le ! Quel est l’enjeu de ce monde ? De quoi avons-nous besoin ?

Nous avons besoin de voir le maoïsme incarné, ce qu’il est, qu’il commence à engendrer des Partis Communistes, à maîtriser, à diriger cette nouvelle vague de la révolution prolétarienne mondiale qui nous arrive.

Tout ce qu’ils ont dit, de simples discours creux et stupides à propos de la fameuse "nouvelle ère de paix" ; où en sommes-nous ? Qu’adviennent-il de la Yougoslavie ? Des autres ?

Tout est politisé ; un mensonge. Aujourd’hui il n’y a qu’une réalité, ce sont les mêmes rivaux de la première et de la deuxième guerre mondiale qui génèrent et préparent la troisième et nouvelle guerre mondiale.

Il faut le savoir et nous, fils d’un pays opprimé, nous faisons partie du butin. Nous ne pouvons pas l’accepter ! Assez d’exploitation impérialiste ! Il faut en finir avec eux ! Nous sommes le troisième monde et la base de la révolution prolétarienne mondiale, à une condition, que les Partis Communistes arborent et dirigent. Voilà ce qu’il faut faire ! »
(Discours du Président Gonzalo, PCP – Base Lima, Septembre1992)

Vive le XXème anniversaire du magistral discours du Président Gonzalo, qui resplendit victorieusement et s’exprime vigoureusement devant le monde comme arme de combat !

Défendre la vie du Président Gonzalo !

Nous exigeons la présentation publique en live et en direct du Président Gonzalo afin qu’il puisse se prononcer !

Vive le glorieux Parti Communiste du Pérou, son Comité Central et tout son système de direction !

Vive la victorieuse Guerre Populaire au Pérou !

Guerre Populaire jusqu’au communisme !

Vive le maoïsme, à bas le révisionnisme !

Movimiento Popular Perú
24 de septiembre de 2012