Centre MLM de belgique

Sur la bataille anti-révisionniste aux États-Unis

Il est frappant de voir que l’histoire de la bataille anti-révisionniste aux États-Unis est strictement parallèle à celle en Allemagne. Comme dans ce dernier pays, on a une organisation étudiante socialiste qui regroupe la contestation, avec par ailleurs le même acronyme : SDS, pour « Students for a Democratic Society », Etudiants pour une société démocratique. Le SDS sert alors de détonateur.

L’origine du SDS est la Intercollegiate Socialist Society, né à l’initiative d’Upton Sinclair en 1905, comme branche étudiante non officielle du Parti Socialiste d’Amérique.

Cette première structure devint en 1921 la League for Industrial Democracy, la Ligue pour la Démocratie Industrielle, avant de se radicaliser et de s’unifier avec les étudiants communistes dans un front dénommé American Student Union, le Syndicat étudiant américain.

L’effondrement idéologique du mouvement communiste américain fit se réactiver la League for Industrial Democracy, dont émana en 1946 la Student League for Industrial Democracy, la Ligue étudiante pour la démocratie industrielle.

La Ligue ne disposait alors que d’environ 500-700 membres et consistait en des étudiants socialistes, en opposition donc très nette aux communistes. La Ligue devint d’ailleurs le SDS en 1960 sous l’impulsion de Aryeh Neier qui, bien que sa famille juive avait fui l’Allemagne nazie, soutiendra en 1977 le droit de défiler en uniforme nazi avec la croix gammée, au nom des libertés d’opinion ; il sera également directeur de l’association ACLU pour les libertés civiles et de la fondation ultra-libérale Georges Soros.

Le premier manifeste du SDS fut le Port Huron Statement, en 1962, qui se posait logiquement comme aile gauche du Parti Démocrate, appelant à la lutte contre le racisme, une démocratie plus participative, le désarmement, l’arrêt de l’anti-communisme forcené, une ouverture plus large des universités, un programme contre la pauvreté, la cogestion, etc.

Ce manifeste, écrit par Tom Hayden, apparaissait comme quelque chose de nouveau pour deux raisons : la première, c’est qu’un nombre important de thèmes était abordé de front, ensuite parce qu’il s’agissait d’une ligne ni socialiste ni communiste. Cela fut, pour cette raison, considérée comme l’acte fondateur de la « New left », la nouvelle gauche.

La League for Industrial Democracy, pour cette raison, s’opposa au SDS, qui de son côté supprima l’interdiction faite aux communistes de la rejoindre ou de participer à ses rassemblements. Le SDS végéta alors jusqu’à la rencontre avec deux mouvements : le mouvement civique des afro-américains, ainsi que l’opposition à la guerre du Vietnam dont il prit la tête avec notamment la marche de 100 000 personnes contre le Pentagone en 1967.

Trois vagues culturelles et idéologiques jouèrent également un rôle : le féminisme, l’affirmation de la Chine populaire avec Mao Zedong, la critique de la vie quotidienne.

Le SDS, connaissant alors un large recrutement, s’effondra à son congrès de 1969 à Chicago. La majorité des délégués – 900 sur 1400 – était liée au Progressive Labor Party, le Parti progressiste du travail, fondé par d’anciens du Parti Communiste des États-Unis et qui menaient un travail de front dans le SDS par une alliance étudiante - ouvrière.

Le PLP était proche de la Chine populaire, mais la rejeta finalement notamment en raison de la valorisation par celle-ci du Black Panther Party.

Les délégués opposés au PLP organisèrent alors une scission, en tant que fraction nommée Revolutionary Youth Movement (RYM), Mouvement de la Jeunesse révolutionnaire.

Le SDS du PLP tomba dans l’insignifiance et le SDS-RYM cessa rapidement son existence, se divisant en deux tendances :

- le RYM dit RYM I, regroupant les dirigeants historiques du SDS et appelant à la lutte armée ;

- le RYM dit RYM II, donnant naissance à de multiples organisations rassemblées historiquement sous le terme de « nouveau mouvement communiste ».

Parallèlement se développait le mouvement noir, avec des structures comme le Black Panther Party, le Revolutionary Action Movement (Mouvement d’Action Révolutionnaire), la League of Revolutionary Black Workers (Ligure des ouvriers noirs révolutionnaires), etc.

RYM I avait été fondé initialement par les dirigeants du SDS sous le nom de « Weatherman », titre d’une brochure diffusée dans le SDS en 1969, en allusion à la chanson de Bob Dylan Subterranean Homesick Blues, où il est expliqué qu’il n’est pas besoin d’être météorologue pour connaître le sens du vent.

Un congrès de 300 membres à Flint à la fin de l’année 1969 décida le passage à la guerre de guérilla, avec comme référence Lénine et Mao Zedong, mais également Fidel Castro et Hô Chi Minh, Che Guevara et Malcolm X.

Connus ensuite sous le nom de « Weathermen », « Weatherpeople », Weather Underground Organization, RYM I avait décidé d’ouvrir une nouvelle ligne de front anti-impérialiste au cœur des États-Unis, par un parti clandestin menant la lutte armée.

Lié à la contre-culture, le Weather Undeground multiplia les actions, allant d’une bombe placée au pentagone le jour de l’anniversaire de Hô Chi Minh à la libération de Timothy Leary, inventeur du LSD, en échange d’argent donné par une mafia hippie dénommée The Brotherhood of Eternal Love (La Confrérie de l’Amour Éternel).

RYM II rejetait catégoriquement cette approche et donna naissance à une multitude groupes cherchant à former un parti en se revendiquant du marxisme-léninisme. Les plus connus furent la Revolutionary Union (Union Révolutionnaire) qui devint le Parti Communiste révolutionnaire des États-Unis (RCP-USA), le Parti Communiste (Marxiste-Léniniste), les Revolutionary Workers Headquarters (Quartiers généraux ouvriers révolutionnaires).

Tant les prolongements de RYM I que de RYM II échouèrent cependant à prolonger leur dynamique.

Sous l’influence notamment du Clayton Van Lyndegraf, cadre communiste des années 1940, le Weather Undeground se dirigea plus nettement vers l’idéologie communiste et son manifeste de 1974, intitulé Prairie Fire : The Politics of Revolutionary Anti-Imperialism (Feu de prairie : La politique de l’anti-impérialisme révolutionnaire), eut un grand retentissement dans l’extrême-gauche américaine.

Ce volontarisme anti-impérialiste aboutit cependant à une scission entre les partisans d’une continuité armée et ceux affirmant la nécessité d’un mouvement de masse. Ce dernier choix fut fait par le Prairie Fire Organizing Committee (Comité d’organisation feu de prairie) qui fit le choix du travail légal, ce qui se concrétisa par la reddition des militants, qui abandonnèrent par la suite leur orientation.

Le May 19th Communist Organization (Organisation Communiste du 19 mai) fit lui le choix de la continuité de la lutte armée, fusionnant avec la Black Liberation Army issu des restes du Black Panther Party. Sa mouvance mena des actions armées tout au long de la première moitié des années 1980, avant d’être liquidée par la répression.

Dans le prolongement de RYM II, le RCP-USA devint la principale organisation, étant par ailleurs déjà issu de la majorité de RYM II. Il resta hégémonique par la suite, grâce à son aura international issue de son rejet de la Chine d’après Mao Zedong et de son rôle clef dans la formation du Mouvement Révolutionnaire Internationaliste, une structure internationale.

Les restes des autres structures finirent par s’unifier dans Freedom Road Socialist Organization, qui connut une scission. Les deux Freedom Road Socialist Organization assumèrent rapidement une ligne post-maoïste, ce que le RCP-USA finit lui-même par faire.